Zone de confort

Il est impossible de réussir quoi que ce soit dans la vie si l'on reste assis confortablement sur son fauteuil. Je n'ai jamais entendu le récit de quelqu'un à qui le succès est venu frapper à sa porte. Pour réussir il faut respecter un certain ordre naturel des choses. Il faut d'abord et surtout faire évoluer son "Etre" ou plutôt son savoir être. Il s'agit ici de se découvrir de nouvelles aptitudes, de nouvelles compétence ce qui vous permettra de mettre en place de meilleurs stratégies, de meilleurs plans.... un autre savoir faire. (voir l'article ETRE-FAIRE-AVOIR). Pour acquérir de nouvelles compétences cela requière de prendre certains risques. Nous prenons des risques lorsque l'on sort de sa zone de confort, en sortant de cette zone on élargie automatiquement son rayon de compétences.

80 % de la population ne veut pas sortir de sa zone de confort. Ces gens préfères subir les évènements ; ils s'adaptent. Mais avec le temps cette zone de confort se rétrécie de jour en jour, jusqu'au moment ou ils finissent par se retrouver dans une zone d'inconfort qu'ils n'auront pas choisi.

Voici un exemple que je cite dans mes séminaires. "Si vous mettez une grenouille dans une casserole d'eau bouillante, que se passe-t-il ?... Tous le monde me répond que d'un bond elle va sortir et s'enfuir. Maintenant si vous déposez cette grenouille dans une casserole dont l'eau serait à une température idéale ; que se passera-t-il cette fois-ci ?... Rien bien sûr.... mais si je mettais à chauffer l'eau tout doucement !.... Au fur et à mesure que la température va augmenter, la physiologie de la grenouille va s'adapter, jusqu'au moment où son corps ne pourra plus suivre. A ce moment elle va mourir sans s'en rendre compte. " C'est la même chose qui se passe pour nous les Hommes, on s'adapte jusqu'au jour où on se retrouve à la rue avec sa valise !...

Alors pour atteindre vos objectifs, sortez de votre zone de confort et allez exploitez de nouveau territoires. Nos limites son comme des frontières, elles existent pour être traversée. Rappelez-vous "La carte n'est pas le territoire...".

Aucun commentaire: