Séminaire "l'école du succès"

video video
Voici la vidéo de l'un de mes séminaires "l'école du succès" qui s'est déroulé à Montrouge (IDF - 92) le jeudi 20 mars 2008. Il a réunit une quarantaine de personnes d'horizons différents (Chercheurs d'emplois, cadres, salariés, étudiants, chefs d'entreprises, etc...).
Le programme y abordait des points tels que l'importance du mental, l'estime de soi, la confiance, les croyances. Ces enseignements ont été inspirés de la méthode Anthony Robbins.

La différence qui fait la différence

Quelle différence existe-t-il entre un gagnant et un perdant ? Quelle est cette différence qui fait la différence ?.... Le mental
En sport la pression est tellement grande que ce n'est pas la force ni l'endurance physique qui fait la différence à ce niveau du jeu. C'est bien le mental des joueurs. C'est le mental qui va permettre à une personne de gagner ou de perdre la partie. Nous en avons eu le parfait exemple lors de la coupe du monde de rugby en 2007. Lorsque L’entraîneur du XV de France (Bernard Laporte) à eu la sombre idée de lire la lettre de Guy Moquet à ses joueurs qui ont littéralement fondu en larme. Ils avaient toutes les chances de gagner la partie au départ mais leur mental triste du moment à eu raison de leur victoire.

Ou l’exemple d’André Agassi qui est passé de la 1ère place mondiale à la 141ième à cause de son divorce avec l’actrice Brooke Shields. Son mental ayant eu d’autres préoccupations à ce moment n’a pas su canaliser son mental de vainqueur.
Pareil pour le cyclisme. C'est la même course pour tout le monde, chaque coureur a la même distance à parcourir, ce qui va les distinguer c'est leur état d’esprit...

"Un gagnant sait ce qu'il fera s'il perd !...
Un perdant sait ce qu'il fera s'il gagne !..."

(Eric Berne - fondateur de l'Analyse Transactionnelle)

Il a coupé son bras pour sa famille !

J'ai été très ému par une émission qui passe sur TMC ("Les maçons du coeurs"). En gros une équipe de designers débarque à l'improviste chez une famille américaine pour transformer sa vie. Ce sont des familles dans le besoin qui ont une histoire qui sort de l'ordinaire. L'histoire qui ma touché c'est celle de ce pêcheur de crustacés. Un homme de 45 ans environ, vivant avec sa femme et ses deux filles dans une maison sur pilotis. Ce pêcheur à failli perdre la vie lors d'un accident survenu en pleine mer alors qu'il était en train de remonté un filet de homars. Sa main a brusquement été happé par le treuil l'empêchant de manoeuvrer son bateau. A pleine vitesse son bateau foncait droit sur les quais du port. C'est à ce moment a-t-il dit, qu'il voyait devant lui sa femme et ses filles. La seule chose à laquelle il pensait n'était pas à sa propre vie, mais à celle de sa famille devant subvenir à ses propres besoins. Cet homme à eu l'extrème courage de découper son avant bras a l'aide de son couteau pour pouvoir stopper son bateau fou et survivre. Figurez-vous qu'il a repris le travail une semaine après cela. Aussi quand il n'est pas sur son bâteau, il est à la maison en train de s'occuper de toutes les tâches lourdes (Réconstruction de la cheminée, démontage et remontage des fenêtre) et sans jamais avoir demandé de l'aide à qui que ce soit.
Voici une leçon de courage et d'amour que je voulais partager.
Cette homme à renforcé en moi l'idée qu'en chacun de nous existe un potentiel illimité.

Zone de confort

Il est impossible de réussir quoi que ce soit dans la vie si l'on reste assis confortablement sur son fauteuil. Je n'ai jamais entendu le récit de quelqu'un à qui le succès est venu frapper à sa porte. Pour réussir il faut respecter un certain ordre naturel des choses. Il faut d'abord et surtout faire évoluer son "Etre" ou plutôt son savoir être. Il s'agit ici de se découvrir de nouvelles aptitudes, de nouvelles compétence ce qui vous permettra de mettre en place de meilleurs stratégies, de meilleurs plans.... un autre savoir faire. (voir l'article ETRE-FAIRE-AVOIR). Pour acquérir de nouvelles compétences cela requière de prendre certains risques. Nous prenons des risques lorsque l'on sort de sa zone de confort, en sortant de cette zone on élargie automatiquement son rayon de compétences.

80 % de la population ne veut pas sortir de sa zone de confort. Ces gens préfères subir les évènements ; ils s'adaptent. Mais avec le temps cette zone de confort se rétrécie de jour en jour, jusqu'au moment ou ils finissent par se retrouver dans une zone d'inconfort qu'ils n'auront pas choisi.

Voici un exemple que je cite dans mes séminaires. "Si vous mettez une grenouille dans une casserole d'eau bouillante, que se passe-t-il ?... Tous le monde me répond que d'un bond elle va sortir et s'enfuir. Maintenant si vous déposez cette grenouille dans une casserole dont l'eau serait à une température idéale ; que se passera-t-il cette fois-ci ?... Rien bien sûr.... mais si je mettais à chauffer l'eau tout doucement !.... Au fur et à mesure que la température va augmenter, la physiologie de la grenouille va s'adapter, jusqu'au moment où son corps ne pourra plus suivre. A ce moment elle va mourir sans s'en rendre compte. " C'est la même chose qui se passe pour nous les Hommes, on s'adapte jusqu'au jour où on se retrouve à la rue avec sa valise !...

Alors pour atteindre vos objectifs, sortez de votre zone de confort et allez exploitez de nouveau territoires. Nos limites son comme des frontières, elles existent pour être traversée. Rappelez-vous "La carte n'est pas le territoire...".